Quelques mois à Colomb Béchar.

Ce forum est réservé à tous ceux qui ont des récits, des anecdotes, et qui veulent sauvegarder la mémoire d'évènements qui s'estompent dans les brumes du temps, Bienvenue à vous et racontez nous

Modérateurs: quark, Ringo

Quelques mois à Colomb Béchar.

Messagede Jean Deffe » Jeu 29 Mar 2007 21:50:17

Bonsoir,

Au cours de mon séjour dans l’armée de l’air j’ai été affecté, durant quelques mois, au début de 1943, à Colomb-Béchar (Algérie).

Colomb-Béchar était une petite ville située au sud des montagnes de l'Atlas, aux portes du désert. La population était formée, en majorité, d'autochtones. Il y avait cependant quelques centaines d'Européens appartenant à l'aviation, à la légion étrangère, à la société Méditérranée-Niger et à la Compagnie Transsaharienne.
La société Méditerranée-Niger construisait une voie ferrée qui, prolongeant la ligne existante, venant d'Oran, devait relier Colomb-Béchar au fleuve Niger (1700 km). Elle n'alla jamais plus loin que 50 km au sud de Béchar.
La Compagnie Transsaharienne exploitait des autocars, spécialement aménagés pour le désert, qui reliaient Béchar au Niger en attendant la mise en service, plus qu'aléatoire, de la ligne de chemin de fer.

Il y avait peu de distractions à Colomb-Béchar. Les matchs de football du dimanche, les visites à la légion et les virées chez Fifine, étaient les seuls dérivatifs à la vie quotidienne..
Fifine était une personnalité de Colomb-Béchar. Elle était propriétaire d'une maison close considérée comme la plus sélecte du quartier réservé. Cette appréciation était toute relative, compte tenu de l'état misérable des autres établissements, mais Fifine en tirait un certain prestige qui faisait d'elle, quasiment, la patronne du quartier réservé. Ce quartier comportait un certain nombre de maisons dites closes -mais ouvertes à tous les vents- disposées autour d'une cour rectangulaire dans laquelle on entrait en passant sous un porche surveillé par un poste de garde. Le service de garde étant assuré, en alternance, par la légion et par l'aviation.

Chez Fifine il y avait, au rez-de-chaussée, une salle d'environ 50 m² meublée d'un comptoir et de tables avec chaises. Les clients consommaient des boissons ou dansaient. Quelques-uns d'entre eux prenaient le risque de monter à l'étage avec les pensionnaires, mais la majorité s'abstenait par craintes des maladies dites "vénériennes". La pénicilline n'était pas encore en usage dans les hôpitaux militaires français.
A noter que, concernant ces pensionnaires, à notre arrivée d'Oran nous les avions trouvées plutôt moches alors que deux mois plus tard nous les trouvions plutôt belles. Curieux n'est-ce pas ?
Chaque soir un ouvrier du Méditerranée-Niger venait jouer de l'accordéon. Les clients dansaient avec les filles mais comme elles étaient peu nombreuses -cinq ou six peut être- certains invitaient, en tout bien tout honneur, un copain avec qui ils faisaient de savantes figures de tango, paso-doble, valse, etc, qui soulevaient l'hilarité générale.
Lorsque nous prenions la garde au quartier réservé, nous devions faire, avec le chef de la police locale, le tour de toutes les maisons afin d'y contrôler l'identité des occupants. Le chef entrait dans les chambres sans le moindre avertissement, surprenant souvent les clients dans des postures plus que conviviales. Mais ceux-ci n'en avaient cure. Ils avaient l'habitude de déposer leurs papiers d'identité bien en vue, à côté du lit ( si toutefois il y en avait un ) avant toute chose.

Un match de football avait lieu le dimanche après-midi. Il opposait les unes aux autres les équipes de l'armée de l'air, de la légion et des entreprises présentes sur la place de Colomb-Béchar. Une finale, baptisée « Coupe Fifine », était jouée en présence des personnalités de la ville, à savoir : le représentant du pouvoir civil, le colonel commandant l'armée de l'air, le commandant de la légion étrangère, Fifine, ainsi que les représentants des entreprises.

Ainsi allait la vie à Colomb-Béchar, en attendant le retour vers le nord, au-delà des plateaux de l'Atlas.

Bien amicalement.

ImageImage

J’ai trouvé, sur le Web, un site se rapportant à la guerre d’Algérie et intitulé : Page-souvenirs des unités LPA, avec les sous-titres suivants : Photos du DLA3, classe 1960, Colomb-Béchar, et accompagné de la photo ci-dessous avec la légende suivante : "Autre forme de détente " chez Fifine ".
Image
Dans le groupe la personne de droite ressemble à Fifine, dans son aspect général. Le visage.....? Je ne peux rien dire…...Entre l’époque de ma présence à Colomb-Béchar et celle du tirage de cette photo 17 ans se sont écoulés….
Jean Deffe
 

Re: Quelques mois à Colomb Béchar.

Messagede footeux1940 » Dim 18 Oct 2009 14:05:21

Moi aussi!
J'ai passé trois mois à Colomb Béchar de Juillet à Septembre 1960, sur la base aérienne. J'appartenais au groupe du GSRA (Groupe Saharien de Reconnaissance Aérienne).
J'ai beaucoup de souvenirs. Entre autre de la place des Arcades et du resto l'Oasis, ainsi que de la palmeraie.
Je raconte mes aventures à Béchar dans mon roman "Gonfleur d'hélices", qui devrai être publié dans les mois qui viennent.
Salut à toi§
Footeux
footeux1940
 


Retourner vers Recits et mémoire d'histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités