Page 1 sur 1

Trouvé sur une plage atlantique

Posté : mer. 26 sept. 2007 11:37:39
par Le Varègue
Bonjour,

Sur un site, quelqu'un cherche à savoir ce qu'est cette chose : on voit la forme, il est percé dans toute sa longueur et l'orifice visible semble oxydé.
Un internaute pense à un fossile de crinoïde mais l'expediteur ne précise pas la matière de ce..."truc". En avez-vous déjà vu sur des plages ou est-ce pour vous plutôt un artéfact ?

Image

Image

Posté : mer. 26 sept. 2007 13:34:43
par Le Varègue
Les Atlantes étaient donc si petit ? d'où la difficulté à trouver leur cité ! :lol:

Posté : mer. 26 sept. 2007 18:20:43
par Ringo
Je sais pas ce que c'est, mais le pressoir à pommes m'intéresse :roll:

Posté : mer. 26 sept. 2007 22:14:36
par ZI MdC
Saletés de Ricains !
Pas moyen d'ouvrir Imageshack-us sans être assaillis de pub.

Posté : mer. 26 sept. 2007 22:23:15
par Le Varègue
Pour être historique, c'est historique :lol: ! Il s'agit -je fais confiance aux connaisseurs- d'une partie fossilisée du jurassique de la tige de cette bestiole (un crinoïde donc) :

Image
ZI MdC a écrit :Saletés de Ricains !
Pas moyen d'ouvrir Imageshack-us sans être assaillis de pub.


On devrait être rémunéré pour utiliser cet hébergeur d'images !

Je vais en chercher un autre, pour les fois prochaines, si c'est trop gêneant. :wink:

Quant au pressoir, Ringo, dommage il est vendu. Mais il reste encore quelques rouleaux de papier peint !

Posté : jeu. 27 sept. 2007 21:02:16
par ZI MdC
BOnsoir,
L'identification est un jeu d'enfant.
C'est :
- Un bézoard de l'Erika, cher aux amateurs d'Eoliennes dont la production erratique doit être suppléée par de bonnes vieilles centrales thermiques, fonctionnant au résidu de pétrole lourd ;
- Un détonnateur pyrotechnique, enrichi de concrétions, largué à foison sur les côtes Atlantiques à la fin des années 90;
- Un trilobitte (d'amarrage) fossile et néanmoins bretonnant ;
Bref, une rareté à mettre d'urgence sur E-machin.
''La mer c'est dégueulasse, les poissons b... dedans''
Cordialement

Posté : jeu. 27 sept. 2007 21:13:59
par Le Varègue
Ca y est l'admin en chef "monte" à la capitale et inversement sur le forum, c'est la "débandade" ! :shock:

Vu la forme phallique de l'objet, je m'attends au pire. :shock: :shock:

Posté : jeu. 27 sept. 2007 21:14:04
par Ringo
C'est pas un truc pour préserver la virginité des jeunes femmes :lol: ?

Posté : ven. 28 sept. 2007 14:20:04
par Ringo
Chicotte a écrit :Parce que tu t'y connais toi en virginité des femmes ????????????????


:lol:

Maman me crie dessus :lol:

Posté : sam. 01 déc. 2007 18:20:34
par laselve
220 ans plus tard , et même si ces « Messieurs de l'Académie de Marseille n'ont pas connu », pourrait-on dire sur quoi le sieur LATIL avait mis la main ?

ça ne vient pas d’une tombe , car, à lire le texte , le trésor semble éparpillé .

Des découvertes plus récentes expliqueraient-elles ce trésor ?


« 1787 Taloire 04120 Un trésor entre les rochers.

Le 28. du mois de Juin 1787, Barthelemy LATIL rentier de Simon MARTINY négociant de la ville de Riez trouva sur la montagne de Robion, terre de Taloire dans les rochers de Coulet Richerme une grosse bague d'or pesant une once et demie avec une pierre émeraude sur laquelle pierre sont gravés un char à quatre chevaux avec un cocher tenant les rênes d'une main et de l'autre une palme qui couvre les chevaux. Le trente du même mois, il rechercha et il trouva une autre bague tout en or qui contient sur une pierre en or massif un «« époux à vie »» que les Messieurs de l'Académie de Marseille n'ont pas connu. Il trouva encore trente et une pièces d'or battues à Constantinople du temps d'Arcadius et d' Honorius. Il y fût encore et trouva trois pièces des mêmes que nous avons mandé au Roy par le canal par Monseigneur le Baron de Breteuil qui en a accusé la reception au Commandeur de Demandolx avec promesse de ramener la valeur des pièces en or et le prix des bagues qu'ils feront estimer par les Messieurs qui en connaîtront et feront le prix.

Barthelemy LATIL a reçu six cent nonante sept livres six deniers et en a concédé quittance à Castellane, étude de M° MEIFRET, le 29 courant.

Document déposé par Francis Pelotier.
Source: Registre paroissial de Taloire. »

Posté : dim. 02 déc. 2007 16:00:45
par Le Varègue
"Les Castellanais commémorent chaque année le dernier week-end de janvier la résistance de la cité à l'envahisseur huguenot venu d'Allemagne-en-Provence en 1588, à travers la cérémonie des Pétardiers. On peut alors assister à la reconstitution de l'attaque, au cours de laquelle la brave Judith Andre, tua le capitaine ennemi, Motte, en lui versant un chaudron de poix bouillante du haut de la porte de l'Annonciade, réputée point faible du village. Cet acte héroïque provoqua le repli des assaillants, depuis lors célébré."
-source : Wikipédia.

M'est avis que c'est elle qui t'a amené à découvrir le coin. Je me trompe ?

En résumé, tu cherches ce qui a bien pu se passer vers Castellane au IV°-V° siècle, en rapport avec Arcadius et Honorius. Ca a peut-être un rapport avec ces évênements:

"(...)La Narbonnaise eut pourtant l'honneur de les voir [les barbares] deux fois battus dans ses plaines. Un forgeron, qui portait le nom de Marius, d'heureux présage en ces lieux et devant de pareils ennemis, arrêta près d'Arles les Vandales qui venaient de ravager l'Auvergne et le nord de la Provence. Vinrent, ensuite les Hérules les Burgondes, les Alamans, les Francs. Une victoire nouvelle, remportée près d'Arles par le patrice Constantin, n'empêcha point les barbares de s'établir enfin dans la secondé Narbonnaise. Les Wisigoths, qui avaient déjà occupé la Narbonnaise première et l'Aquitaine avec l'autorisation même d'Honorius, étendirent leur influence, puis leur domination sur la rive gauche du Rhône."